Mousses ou ressorts, les clés pour comprendre la technologie des matelas

Chez Sicomob, cela fait plus de quarante ans que nous vendons des matelas et que nous tissons des liens solides avec ceux qui les fabriquent. En quarante ans, nous avons vu les technologies évoluer et nous avons développé, en toute humilité, une véritable expertise technique de la literie.

S’il existe toujours quelques matelas de laine, comme ceux sur lesquels dormaient nos grands-parents, ou des matelas à eau, plus amusants que confortables, la plupart des matelas d’aujourd’hui sont fabriqués selon deux technologies : les mousses et les ressorts. Laquelle est faite pour vous ? Pour mieux comprendre leurs spécificités avant de changer de literie : suivez le guide !

Les matelas en mousse,
différentes matières premières pour différentes qualités

La mousse qui constitue ces matelas est le résultat d’un processus complexe : la polymérisation. La polymérisation est la réaction chimique qui crée de très grandes molécules élastiques, lorsque l’on mélange certains composés liquides de base. Si en plus vous avez préalablement fait mousser ce mélange, alors vous obtenez une mousse élastique, comme la mousse de polyuréthane, de polyéther ou de latex. Cette mousse sera constituée de millions de petites alvéoles et son élasticité sera celle de l’air, prisonnier des alvéoles, combinée à l’élasticité de la matière elle même.

Autant le dire de suite : cette fabrication est complexe et difficile à contrôler. Seules les meilleures usines françaises ou européenne sont capables de produire des mousses de bonne qualité et certifiées saines. Sachez que rien ne permet de distinguer, a priori, une mousse réussie d’une mousse ratée.

Une fois que la mousse est stabilisée, elle est découpée aux dimensions du futur matelas. On obtient alors un bloc rectangulaire, que l’on appelle l’âme du matelas, qui sera ensuite recouvert de différents garnissages (feutre, laine, lin, soie, mousse à mémoire, …) et du tissu extérieur – le coutil – qui termine le matelas.

Les mousses de latex, de polyuréthane ou de polyéther ont des propriétés différentes.

Les mousses de latex régnaient en maître sur le marché des matelas il y a une vingtaine d’années. Mais leur production coûte cher en matière première et en énergie, et leur qualité s’est quelque peu dégradée à mesure que les fabricants ont délocalisé. Certains continuent toutefois de fabriquer des matelas en mousse de latex de qualité, qui s’illustrent par leur durabilité et leur confort : Sicomob en propose 2 modèles en magasin.

Un matelas en coupe chez Bultex

Moins chères et tout aussi confortables, les mousses de polyuréthane sont les nouvelles stars des matelas. Si elles ont fait leur entrée sur le marché il y a quelques décennies comme parent pauvre des mousses latex, la technologie a fait des progrès remarquables et elles n’ont aujourd’hui plus rien à envier à leur ancêtre. Pour une fermeté équivalente, les mousses de polyuréthane sont notamment plus légères que les mousses de latex, car leur fabrication nécessite moins de matière première. Elles sont également moins chères, pour la même raison, et plus résilientes : elles retrouvent leur forme sans s’écraser ou s’affaisser. Sicomob propose aujourd’hui 13 modèles de matelas en mousse de polyuréthane. Ceux du fabricant français Bultex font partie de cette catégorie : la mousse qui compose leur âme est obtenue par une polymérisation particulièrement sophistiquée, suivant un procédé breveté et leur inocuité est assurée par le respect des toutes dernières directives européennes et françaises.

Loin derrière les deux autres en termes de qualité, les mousses de polyéther sont plutôt utilisées dans les matelas bon marché, vendus en grande surface ou chez les discounters. Elles sont moins résilientes et moins durables que les autres mousses.


Latex synthétique ou latex naturel ? Le conseil Sicomob.
Les matelas en latex vendus chez Sicomob sont en latex de synthèse. S’il existe des matelas en mousse à base de latex naturel, ils sont souvent trop souples et ne sont pas forcément plus « verts » que les autres. « Lors de la polymérisation, le latex naturel nécessite l’ajout de très nombreux adjuvants chimiques pour être stabilisé, explique Jérôme Ricou, Directeur de Sicomob. Il faut donc se méfier des arguments marketing un peu faciles !


Les matelas à ressorts,
l’innovation au service d’une technologie traditionnelle

 

12 matelas à ressorts sont exposés à Sicomob. Les ressorts en acier qui les composent sont conçus et assemblés selon plusieurs technologies.

Les matelas à ressorts les plus classiques sont constitués de ressorts en forme de double cône (dits « biconiques »), solidarisés par un maillage en acier puis recouvert de garnissages et du tissu externe. Cette technologie, un peu rétro, connue pour sa fermeté et sa tonicité, est notamment celle de la suspension Pullman, du fabricant Treca. Elle a fait ses preuves, mais ses ressorts solidaires présentent des inconvénients : le matelas à ressorts biconiques peut parfois grincer, et un mouvement d’un côté du lit risque d’être ressenti par la personne couchée de l’autre côté.

Inventée par la marque française Epéda, la technologie « Multi-actif » permet de résoudre ces  problèmes. Cette technologie est la descendante du « Multispire » emblématique de la marque. Un seul fil d’acier est tricoté en spirale, jusqu’à former un grand ressort plat de la forme du matelas,. Dans ce maillage viennent s’intercaler des barres de mousse qui empêchent le grincement et viennent augmenter la fermeté. Cette technologie permet d’obtenir des matelas multizones et elle offre une grande fermeté et durabilité.

 

Pour contrer les désagréments des ressorts biconiques, une autre technologie existe : le matelas à ressorts ensachés. Inventée aux États-Unis, elle est aujourd’hui plébiscitée par les dormeurs et fabricants du monde entier. Ici, les ressorts de forme cylindrique sont insérés dans des sachets individuels en tissu qui les rendent silencieux. Puis les sachets sont collés les uns aux autres au niveau de leur partie centrale. Un ressort peut donc être comprimé seul, sans entraîner avec lui les ressorts adjacents.

La fermeté du matelas est déterminée par le nombre de ressorts ainsi que par la fermeté individuelle de chacun d’eux. En combinant ces deux paramètres on obtient des matelas multizones. Ils sont plus fermes au niveau du bassin qu’au niveau de la tête ou des pieds.

C’est la qualité du fil d’acier constituant les ressorts, qui détermine la durabilité du matelas. Et cette caractéristique physique n’est jamais précisée par les fabricants. D’où l’intérêt de choisir une bonne marque !


Toujours plus de ressorts ? Le conseil Sicomob.
Pour le consommateur, il est difficile d’évaluer la qualité d’un matelas à ressorts : elle dépend avant tout de la structure moléculaire de l’acier qui le compose, et la législation n’oblige pas les fabricants à la communiquer. Souvent, seul le nombre de ressorts est indiqué, mais ce chiffre n’est en rien un gage de qualité ou de confort : « La seule manière de choisir un matelas à ressorts au confort durable, c’est de choisir une marque et un distributeur de confiance, explique Jérôme Ricou. A Sicomob, notre expérience en matière de literie nous permet de répondre à vos interrogations les plus techniques, pour vous aider à choisir le matelas de vos rêves. »


 

 

Envie de tester vous-même la différence entre ces matelas ?

 

Rendez-vous en magasin ! Une trentaine de modèles sont exposés en magasin et nos conseillers sont à votre disposition pour vous guider.

Sicomob : 290 rue Flandres Dunkerque – RN 20 – 45160 Olivet